Une stratégie d’occupation transitoire comme premier pas

Requalifier une église, ça ne se fait pas en criant ciseau! Avec les travaux de réfection nécessaires, l’aménagement des espaces, l’instauration d’un nouveau modèle de gouvernance, etc., c’est un projet qui s’étirera sur de nombreuses années.

Pour pouvoir ouvrir l’église à toute la communauté d’ici là, le Comité du lendemain a fait appel à la firme d’architecture Entremise, spécialiste des projets d’occupation transitoire au Québec.

L’occupation transitoire, c’est optimiser à peu de frais l’espace disponible d’un bâtiment vacant ou sous-utilisé, en le rendant accessible aux gens pour d’autres usages que sa fonction première.

Pour l’église de Grande-Rivière, ce sera une première opportunité d’expérimenter petit à petit de nouveaux usages dans certaines parties de l’église, au-delà des activités liées à la pratique du culte.

Globalement, l’occupation transitoire permettra :

· de vivre l’église autrement dès maintenant pour les citoyens et les paroissiens;

· de créer un lieu rassembleur et inclusif au cœur de la communauté, où cohabiteront des usages cultuels et des usages laïques;

· d’utiliser graduellement le potentiel de l’église d’ici à ce que les travaux de réfection et de transformation soient effectués (ce qui prendra quelques années);

· de rentabiliser à court terme les coûts d’opération de l’église (chauffage, électricité, etc.);

· d’analyser au fil de l’expérience ce qui fonctionne bien ou non, et d’en tirer des apprentissages pour alimenter le projet pérenne de requalification de l’église.

Pour en savoir plus à propos de la stratégie d’occupation transitoire :

Radio bleu FM (8 décembre 2021)
TVCGR – Un lendemain pour notre église : début de la deuxième phase (18 novembre 2021)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.